Mitla
Arriba Tours
Mitla Sites Archéologiques
Mitla

Le mot Mitla vient du nahuatl: "Micltán", mot qu’en langue mixtèque était "Ñuu Ndiyi" et que dans les deux langues signifie "Lieu de la mort", tandis qu’en zapotèque on l’appelait "Lyobaa": "Lieu de Repos".

Il s'agit d'un site archéologique où des nombreux archéologues ont travaillé, notamment Leopoldo Batres (1852-1926). Il a découvert des fondations zapotèques sous des existantes décorations mixtèques.

À Mitla il y a des preuves d'occupation humaine depuis le début de notre ère (0-200). Avec la disparition de Monte Albán comme noyau de puissance, Mitla est devenue une ville très importante qui a servi de centre de pouvoir pour les Zapotèques de la vallée. Son développement maximal a eu lieu entre 950 et 1521 ap. C

Au XVIIe siècle, on a construit, sur le patio C, l'Église catholique de Saint-Paul, et ils ont utilisé des matériaux de construction obtenus en détruisant divers palais préhispaniques; structurellement, le Temple de San Pablo a été soutenu par des linteaux monolithiques de la salle d'en bas. Les cours A et B ont également été modifiés pour être converti en paroisse ; Dans le « Patio A », ils ont installé des écuries, et un lieu d'ordures, tandis que dans le «Patio B" la maison du curé.

Cette réutilisation, pour des fins religieux, a perdu son effet à travers le temps, sauf l'église de Saint-Paul en raison des dispositions des Lois de Réforme où la «Loi de Nationalisation des Biens Ecclésiastiques » a été décrété pendant le gouvernement du président Juárez en 1859.